Située au cœur du village de Forest-sur-Marque, la Société Pocheco pratique une politique générale d’écolonomie. Grâce à son dirigeant, Monsieur Druon, les deux milliards d’enveloppes par an fabriquées par Pocheco, s’inscrivent dans une démarche environnementale novatrice. A l’aide de ses collaborateurs et porté par des valeurs écologiques fortes, Monsieur Druon a transformé l’entreprise (au bord du dépôt de bilan à la fin des années quatre-vingt-dix) en faisant de cette affirmation le slogan de sa réussite « Il est plus économique de produire de façon écologique » : c’est alors toute une philosophie nouvelle de l’entreprenariat qui va émerger.

En effet, alors que la couleur de la Marque (rivière qui traverse le village) changeait en fonction des produits utilisés par l’entreprise, que le papier employé était de qualité médiocre entrainant de nombreuses pertes et gâchis, provoquant inéluctablement une déforestation qui était jusqu’alors non maîtrisée, les investissements réalisés par Monsieur Druon seront désormais encadrés par trois critères : La diminution de l’impact environnemental, l’augmentation de la productivité et l’amélioration des conditions de travail.

Tandis que la plupart des entreprises sont encouragées à rechercher la rentabilité à n’importe quel prix, Emmanuel et son équipe refusent de participer à cette gabegie et font le pari que prendre soin de la planète et des êtres humains assurera une véritable pérennité à leur projet : “Nous, Occidentaux, avons épuisé la lithosphère et ses ressources fossiles, fissibles, minières et halieutiques. Les gens aussi sont épuisés. On peut encore produire et entreprendre mais sans détruire.” Ainsi, recyclage, reboisement (pour un arbre coupé, 3-4 sont replantés), toit végétalisé (meilleure isolation contre le bruit et pour garder la chaleur), phytoépuration, isolation, suppression des produits chimiques et polluants (mais colorants réalisés à partir de pigments naturels et les eaux usées sont traitées directement) : une stratégie globale est mise en place pour progressivement limiter au maximum l’impact de l’industrie sur la biosphère. Et les résultats financiers sont là : l’investissement de la toiture (2 millions d’euros) a été rentabilisé au bout de 10 ans : l’intensité de l’éclairage se régule grâce à la lumière extérieure que donnent les puits de lumière, autonomie en eau et en chauffage, panneaux photovoltaïques.

En outre, si la concurrence des mails fait rage dans ce secteur, Pocheco a su diversifier ses activités en proposant par exemple la permaculture (culture permanente maraichère et biologique sachant qu’un hectare représente 10 emplois), la création d’une agence de la facture verte (publicité à l’intérieur d’enveloppes qui se déplient) et enfin l’activité de massification du courrier, de pré-tri pour La Poste.

Cette visite nous a donc convaincus que la stratégie adoptée par M Druon et ses collaborateurs est non seulement efficace mais indispensable si nous voulons continuer à développer des activités économiques et industrielles dans le futur, sans détruire ce qui nous a été si précieusement confié.
img_1710
img_1695Les étudiants de licence professionnelle logistique et pilotage des flux ont eu l’opportunité de visiter la société POCHECO de Forest-sur-Marque, une entreprise fabricant des enveloppes dont le slogan qui fait sa réussite est « Entreprendre sans détruire » ou encore « il est plus économique de travailler de manière écologique ». La société Pocheco s’inscrit dans le développement durable repris dans le film « Demain (cliquez) » une voie pour une nouvelle économie ouverte qui se base sur la circularité et l’utilisation intelligente des ressources renouvelables orientées vers un nouveau paradigme : celui de l’écolonomie 

De Mme DUPONT Bénédicte, Intervenante dans la filière Logistique et Pilotage des Flux –Visite sur site de la promotion des étudiants de Licence professionnelle.