Les étudiants de la licence logistique transport et pilotage des flux, accompagnés de Mme Hennion, chargée de mission à la division Transport et report modal de Voies navigables de France (VNF), ont assisté a une conférence de M. Flipo – responsable du développement du transport fluvial chez VNF – de manière très pédagogique et dans la langue de Shakespeare, sur le transport fluvial en France ; ses enjeux, les projets à venir ainsi que les différentes missions de cet établissement public administratif du ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie.

IMG_0460 Au-delà de l’exploitation des 6700 km de réseau, VNF entretient 40 000 hectares de domaines, près de 4000 ouvrages d’art (écluses, barrages..) et 2500 bâtiments. Ainsi, l’entretien, la maintenance, l’extension, la promotion du réseau, la préservation de la biodiversité, le concours au développement durable, la promotion du tourisme fluvial sont autant de missions qui font de VNF un acteur incontournable au service de la compétitivité du transport et de la logistique en France. Parce que le trafic fluvial dépend, entre autres, de la conjoncture, VNF est sans cesse tenu de rechercher de nouveaux marchés pour renouveler ses marchandises : en effet, par exemple, depuis quelques mois la collecte de céréales a diminué entrainant une chute du trafic fluvial (environ 19% de baisse). Le transport de déchets constitue alors un exemple de nouveau marché porteur.
Son action s’inscrit également dans une dimension européenne puisque le réseau fluvial français est naturellement connecté à ceux de nos voisins. La Commission européenne encourageant, par des subventions, le report modal c’est-à-dire le transfert de marchandises à acheminer de la route vers des modes de transport moins polluants comme le fleuve.

IMG_0464

Le canal Seine-Nord-Europe pour 2023
Outre la promotion du tourisme fluvial ou son engagement dans la recherche de solutions innovantes et intelligentes pour diminuer l’impact environnemental des moteurs de bateaux, VNF porte un projet de grande ampleur depuis quelques années qui sera achevé en 2023 : Le canal Seine-Nord-Europe. Il reliera les bassins de la Seine et des Hauts-de-France pour irriguer économiquement les arrière-pays portuaires. C’est alors 250 000 tonnes de dioxyde de carbone par an qui seront économisées !!
Ce beau projet ambitionne ainsi l’exemplarité en termes de développement durable, d’aménagement du territoire tout en permettant la création d’un milieu vivant et fonctionnel, porteur d’enjeux humains ! Les étudiants ont donc pu découvrir et apprécier ce mode de transport peu familier mais pourtant voué à un bel avenir !

Par Bénédicte DUPONT, Référente pédagogique Licence professionnelle Logistique et Pilotage des flux.